Chroniques d'Aïsthèsis

« L'existence n'est pas ce qui s'est passé, l'existence est le champ des possibilités humaines, tout ce que l'homme peut devenir, tout ce dont il est capable. » Milan Kundera
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Dès l'Aube...(libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Elyzabeth De Rayac
Etudiant(e) d'Aïsthèsis -Première année
Elyzabeth De Rayac

Nombre de messages : 9
Age : 30
Localisation : Au bercail
Date d'inscription : 19/07/2009

Miroir Virtuel
Âge : 17
Liens familiaux : Parents décédés, un tuteur
Statut : Redoublante

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeLun 20 Juil - 12:13

Deux mois s'étaient écoulés depuis la Rentrée. Les jours se succédaient, se ressemblant, alignés et en ordre comme une gentille colonie d'élèves. Les vrais n'étaient bien entendu pas ainsi. Ils mettaient tout en œuvre pour faire de l'Université leur territoire. Malgré leur jeune âge et leur apparente innocence, ils savaient déjà beaucoup de choses.
Toutefois, les Professeur n'étant pas dupes, ils avaient appris à voir les élèves tels qu'ils étaient et non comme ils le laissaient croire. Ces jeunes restaient des âmes disparates et non une même entité mais c'était néanmoins de leur nombre que venait leur principal avantage.
Un individu isolé risquait l'oubli alors qu'une bande soudée se faisait entendre d'une seule voix.
C'est du moins ce que pensait Elyzabeth De Rayac depuis son arrivée à l'Université, il y a un an de cela.

De Rayac... Ce nom ne lui disait rien et elle se demandait même si elle ne l'avait pas inventé. Pourtant, il s'était présenté à son esprit de même que son colossal héritage.
Derrière le mur où elle s'était arrêtée, Ely avait une vue prolongée du couloir qui s'annonçait. Quand elle s'y engagea, ses pieds nus frôlèrent à peine le sol glacé. Elle se déplaçait curieusement telle une légère brise. Si elle n'avait pas eu l'apparence d'une grande fille de 17 ans, on aurait pu croire que c'était une enfant perdue. La fille continuait de trottiner, pourtant à une heure beaucoup trop hâtée pour paraître normale. L'astre diurne traînait encore dans ses draps veloutés et seulement quelques rayons fragiles traversait la pénombre du bâtiment.
Sachant que les cours officiels ne commençaient pas avant un bon bout de temps, Ely se sentait désœuvrée mais nullement déplacée. Après tout, c'était son problème si l'élève qu'elle était avait à ce point envie d'aller en cours qu'elle était en avance... D'au moins quatre heures.

La jeune fille s'arrêta de nouveau pour observer la vue à travers une fenêtre.
Le parc lui semblait mythique, affalé dans cette mer de brume. C'était une vision enchanteresse qui appelait à la contemplation.
Cependant, ses iris sombres s'y arrachèrent pour se replonger dans la continuité du corridor endormi.
Elle entendit bientôt des pas résonner au loin et se mit aussitôt en quête d'un poste d'observation qui lui permettrait de voir sans être vue. Elle ne se faisait jamais surprendre et en revanche, elle était rarement surprise. Comme les pas se rapprochaient à une vitesse alarmante, la jeune personne, nullement affolée, sortit le premier livre qu'elle trouva dans son sac et fit mine d'en lire son contenu avec intérêt...
Revenir en haut Aller en bas
Gaya & Mairéad Nerden
Etudiantes d'Aïsthèsis -Première année
Gaya & Mairéad Nerden

Alter Ego : Selena Dashwood
Nombre de messages : 117
Age : 31
Localisation : Là où on ne les attend pas...
Date d'inscription : 29/07/2008

Miroir Virtuel
Âge : 17 ans
Liens familiaux : Soeurs jumelles, cousines de Relyss Nerden
Statut : Jumelles diaboliques

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeLun 27 Juil - 15:51

Le silence régnait dans les couloirs de l'université, les portes ouvraient assez tôt mais il était rare de voir des élèves à une heure si matinale. En règle générale, ils attendaient la dernière minute pour quitter la villa estudiantine et se rendre en cours. Mais à l'évidence, ce jour-là, Elyzabeth n'était pas la seule à être en avance.

Ce n'était pas une mais deux paires de pieds qui arrivaient dans le couloir perpendiculaire et on entendait quelques chuchotements furtifs. Des voix de filles, très clairement discernables pour une fine oreille. Les pas ralentirent un peu, semblèrent s'arrêter quelques secondes... puis ils reprirent leur chemin mais plus lentement. Bientôt, deux jeunes femmes emergèrent de l'autre côté du couloir. L'une avait les cheveux aussi blonds qu'un champ de blé sous le soleil. Son visage était doux bien que distant. L'autre avait les cheveux noirs comme l'ébène et un regard perçant, comme celui d'un serpent. Elles avançaient avec une parfaite synchronisation, on aurait dit deux automates aux visages de poupée qui se mouvaient selon un shéma bien précis.

Leurs regards fixés droit devant, elles marchèrent dans la direction de la jeune fille qui se cachait derrière son livre mais sans donner l'impression qu'elles l'avaient vu. Elles ne parlaient plus, avançaient seulement comme deux ballerines qui se mouvent gracieusement sur scène.

Soudain, elles s'arrêtèrent à la hauteur d'Elyzabeth et la brune parla ; c'était souvent Gaya qui parlait la première entre les deux jumelles. Car c'est bien ce qu'elles étaient : malgré leur différence physique flagrante, les deux jeunes filles étaient jumelles.


" A ton avis, doit-on saluer les gens qui font semblant de lire ? "

" Dis-lui bonjour, tu verras bien si elle te répond... " répondit alors la seconde, la blonde Mairéad.

Et d'une même voix, elles déclarèrent :


" Bonjour... "
Revenir en haut Aller en bas
Elyzabeth De Rayac
Etudiant(e) d'Aïsthèsis -Première année
Elyzabeth De Rayac

Nombre de messages : 9
Age : 30
Localisation : Au bercail
Date d'inscription : 19/07/2009

Miroir Virtuel
Âge : 17
Liens familiaux : Parents décédés, un tuteur
Statut : Redoublante

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeMer 29 Juil - 13:41

Elyzabeth ou plutôt Ely avait levé les yeux à la première parole de la brunette, sachant qu'elle ne pouvait plus vraiment s'esquiver à présent... Et puis elle n'en avait pas envie.
Si cela avait été un adulte responsable, l'élève qu'elle était aurait eu tout intérêt à feindre le stress et l'insomnie dus à une interro mais ce n'était pas le cas.
Pendant un bref instant presque insupportable, la jeune fille aux yeux d'ébène avait craint de devoir mentir afin de ne pas s'attirer d'ennuis mais en fin de compte, tout allait pour le mieux !

Les deux filles qui lui avaient adressé le parole étaient des camarades de 1ère année et elles-aussi n'avaient rien à faire là à cette heure, cela créait donc une sorte de complicité...
Son esprit calculateur était déjà en pleine analyse des conséquences. Elle pouvait leur poser des questions mais il y avait des chances qu'elles fassent de même et alors la simple entrevue deviendrait un inévitable réquisitoire. Créature de la nuit ou pas, Ely n'aimait pas la solitude que celle-ci engendrait et elle savait qu'elle ne pourrait pas fuir éternellement, il lui fallait un endroit où rester. Cet endroit serait ici.


- Hé, salut !! Lança t-elle jovialement en jetant magistralement son livre dans son sac ouvert.

Le dynamique "hé" devant laissait facilement penser qu'elle avait été surprise dans sa lecture. Troublée en réalité que Gaya parle d'elle à la troisième personne, un peu comme penser à haute-voix.
Elle n'était pas une enfant, que Diable ! C'était bon pour ceux qui n'avaient aucun droit de regard... Son visage s'assombrit à un souvenir qu'elle peinait à identifier.
Enfin, elle rejeta en arrière ses cheveux de suie pour regarder ses deux interlocutrices aussi différentes que le jour et la nuit mais pourtant ensemble...Muées par le seul but de la faire gentiment tourner en bourrique ?...


* Comment a t-elle su que je faisais semblant de lire ?*

Leurs physiques à chacune les faisaient ressembler aux deux personnages qui gouvernaient le monde et plus encore, l'âme humaine.
Mais c'était trop facile de caricaturer. Cependant, la comtesse ne pouvait s'empêcher de trouver l'une plus aimable que l'autre et que cette opposition les servait bien...
Elle contempla les deux regards, l'un pareil à un océan limpide, l'autre semblable à une forêt sauvage puis leur adressa son plus beau sourire.
Celui qu'on connaissait de plus ravageur simplement parce qu'il n'appelait aucune question, simplement une réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Gaya & Mairéad Nerden
Etudiantes d'Aïsthèsis -Première année
Gaya & Mairéad Nerden

Alter Ego : Selena Dashwood
Nombre de messages : 117
Age : 31
Localisation : Là où on ne les attend pas...
Date d'inscription : 29/07/2008

Miroir Virtuel
Âge : 17 ans
Liens familiaux : Soeurs jumelles, cousines de Relyss Nerden
Statut : Jumelles diaboliques

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeJeu 30 Juil - 15:09

Les jumelles échangèrent un regard qui aurait pu être complice mais leurs yeux étaient aussi vides que l'expression de leurs visages. Elles non plus ne s'étaient pas attendues à croiser quelqu'un à cette heure si matinale, et leur présence, ensemble, à ce moment si inhabituel, pouvait laisser penser qu'elles fomentaient quelques mauvais coups.

Elles ne souriaient pas mais le visage de Mairéad, tandis qu'elle s'adressait à Elyzabeth, était détendu, calme, presque avenant même :


" C'est rare de voir du monde d'aussi bonne heure dans l'université... " fit elle remarquer.

Mais ce n'était pas une déclaration qui visait à mettre la jeune fille mal à l'aise. Au contraire, elle soulignait une sorte de "complicité" entre les trois adolescentes. Elles se retrouvaient au même endroit, au même moment, dans une même situation embarassante si elles avaient été surprises en train d'errer dans les couloirs par un professeur suspicieux.

Gaya restait silencieuse, elle semblait jauger sa comparse de première année. Pas de manière méprisante, juste indifférente. C'était ainsi qu'elle agissait avec les personnes qu'elle ne connaissait pas encore assez bien. C'était une observatrice, elle évaluait les gens du regard puis en leur lançant quelques piques bien senties. Elle se montrait particulièrement venimeuse avec les filles qui semblaient si... lumineuses, si naïves... Un peu comme Akane Kannagi ou la petite Magdalena Dashwood...

En revanche, la jeune femme en face d'elle semblait, certes, quelqu'un d'enjoué, mais elle avait un petit côté mystérieux qui la laissait pour l'instant dans le doute. De son côté, Mairéad avait fait un pas vers Elyzabeth, toujours sans sourire, mais son visage ne reflétait cependant nul antipathie.


" Insomnie ? " demanda t elle alors avec l'air curieux d'un chaton.
Revenir en haut Aller en bas
Elyzabeth De Rayac
Etudiant(e) d'Aïsthèsis -Première année
Elyzabeth De Rayac

Nombre de messages : 9
Age : 30
Localisation : Au bercail
Date d'inscription : 19/07/2009

Miroir Virtuel
Âge : 17
Liens familiaux : Parents décédés, un tuteur
Statut : Redoublante

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeLun 3 Aoû - 12:14

A la remarque de Mairéad, le visage opalescent se peignit de doute et elle acquiesça lentement, comme un automate. La 1ère année aux yeux charbon aurait été incapable de mentir car elle possédait cet optimisme et cette foi en l'âme humaine qui lui laissaient croire que toutes les pêchés pouvaient être pardonnés. Alors pourquoi nier obstinément la vérité ?
Si Ely avait douté, c'est parce qu'elle ne pensait pas en une quelconque rareté.
Pour elle, c'était incroyablement banal de se trouver ici à cette heure et à la façon-d'être de ses camarades, elle aurait juré qu'elles n'en étaient pas à leur première escapade nocturne.

Seulement, le hasard s'en était mêlé : elles s'étaient trouvées et effectivement, une rencontre restait toujours rare et unique.
Plus il y avait de monde à la fête, plus elle durait.
Si un professeur les avait aperçues, cela aurait été bien moins drôle mais ce n'était pas le cas alors ça ne pouvait que les encourager à continuer leurs larcins.
Elle venait de noter l'étrange comportement de ses camarades, qui en montraient juste assez pour ne pas se trahir.

*De vraies professionnelles, mais en quoi au juste ?*

La première, d'une blondeur surnaturelle affichait un calme souverain sans être détachée et derrière sa nonchalance, Ely devinait un esprit acéré pareille à un antique félin prêt à bondir.
Quand à la seconde, la brune qui paraissait presque tapie dans l'ombre de la première, elle ne montrait aucune émotion palpable et nul savait ce qu'il y avait, derrière l'impassible apparence.
La comtesse les trouvait plutôt sympathiques néanmoins car elles avaient eu le doigté de ne pas lui poser trop de questions et elle appréciait cela. Elle préférait laisser le hasard s'installer, même s'il était faux.
Pliant un genoux, elle posa un pied contre le mur et croisa un moment ses bras dans son dos.
A la question lancée d'un air enfantin, Ely ne se laissa pas le temps de réfléchir et répondit comme à son habitude, spontanément :

Oui, je ne dors pas beaucoup la nuit.

Elle se rappela les longues nuits, des cauchemars éveillés où elle était la seule somnambule. Elle revit les jours à la clarté défendue durant lesquels elle tâchait de rattraper son sommeil en retard, cachée dans un des nombreux recoins sombres de l'Université.
Et en pensée, Ely souhaita plus que jamais connaître ces insomnies dont son angélique interlocutrice parlait. Un jour peut-être, elle possèderait tout ça...


Dommage que tu ne sois pas un ange même si je n'y crois pas...

Elle avait prononcé ces paroles dans une courte rêverie, l'air au loin mais, reprenant son sourire engageant, elle lança comme un canot de sauvetage :

Et vous, qu'est-ce que vous avez comme maladies ?
Revenir en haut Aller en bas
Gaya & Mairéad Nerden
Etudiantes d'Aïsthèsis -Première année
Gaya & Mairéad Nerden

Alter Ego : Selena Dashwood
Nombre de messages : 117
Age : 31
Localisation : Là où on ne les attend pas...
Date d'inscription : 29/07/2008

Miroir Virtuel
Âge : 17 ans
Liens familiaux : Soeurs jumelles, cousines de Relyss Nerden
Statut : Jumelles diaboliques

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeDim 9 Aoû - 15:27

Gaya s'était mise à fixer le bout du couloir, comme pour s'assurer que personne ne viendrait les surprendre. Pendant ce temps, sa soeur faisait plus "ample" connaissance avec leur camarade, arborant un air curieux comme celui d'un enfant qui découvrirait un nouvel aspect de ce monde encore méconnu.

Ce fut avec un très grand sérieux, cependant, qu'elle répondit à la question d'Elyzabeth :


" Certains diraient que c'est la folie... "

Elle haussa les épaules, comme si ce jugement ne l'affectait pas et qu'il en était tout autrement, même si elle ne cherchait pas non plus à dissuader les autres sur leur vision des choses. Ni elle ni sa soeur ne s'arrêtaient aux rumeurs qui courraient à leur sujet, on aurait presque même pu dire qu'elles faisaient tout pour les nourrir.

" Mais un fou n'a pas conscience d'être fou. Pour lui, ce sont les autres qui le sont... "

Mairéad tourna les yeux vers sa jumelle comme pour chercher son assentiment. Gaya sortit donc de sa contemplation du couloir et ajouta à son tour, d'une voix plus froide et plus pernicieuse que celle de la blondinette :

" Les autres ont plutôt tendance à m'indifférer... Leurs actes et leurs pensées n'ont aussi peu de sens que ceux de n'importe quel membre du commun des mortels. La vie est juste une grande perte de temps avant la mort... "

Bien que très différentes, physiquement et psychologiquement, les deux soeurs semblaient se compléter lorsqu'elles parlaient. On avait l'étrange sensation que leurs paroles pouvaient tout aussi bien se confondre sur les lèvres de l'une comme de l'autre. Elles donnaient l'impression, au final, de n'être que les deux entités séparées d'un seul et même être. Elles étaient aussi différentes que semblables, un apparent paradoxe aux yeux des autres et pourtant, à leurs propres yeux, cela paraissait tout à fait normal.
Revenir en haut Aller en bas
Elyzabeth De Rayac
Etudiant(e) d'Aïsthèsis -Première année
Elyzabeth De Rayac

Nombre de messages : 9
Age : 30
Localisation : Au bercail
Date d'inscription : 19/07/2009

Miroir Virtuel
Âge : 17
Liens familiaux : Parents décédés, un tuteur
Statut : Redoublante

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeDim 30 Aoû - 13:19

(HJ : désolée du retard, c'étaient les vacances ^^)


Fidèle à elle-même, Ely laissa sa franchise s'épanouir dans un rire jovial. Parler ainsi de choses graves avec une telle dérision, elle avait toujours apprécié cela et ne perdait jamais une occasion de se détendre à la barbe de l'interdit.
Seulement, là il y avait une nuance : ce n'était pas seulement de l'auto-dérision ou même de l'humour très noir.
C'était leur vision de la chose.
Sitôt calmée, la jeune comtesse se pencha sur leur cas.
Et dire qu'elle s'était toujours crue étrange, quelle imposture !...
Il avait fallut une simple conversation, quelques mots pour connaître mieux ses camardes.
Et dire qu'avant, elle les croisait sans mettre de noms sur leurs visages. Plus qu'un nom, c'était une âme.
Sans prendre de pincettes, elle soupira ostensiblement et afficha un air plein d'insouciance.


- A mes yeux, vous êtes particulièrement lucides. C'est peut-être ça qui vous rend folles d'ailleurs.
Vous ne percevez pas avec la même intensité et la vie est un choc pour vous.
Mais ce n'est pas une raison pour renier les autres, ils ont autant besoin de vous que vous avez besoin d'eux...


La jeune fille au visage blafard jouait paisiblement avec une mèche de ses cheveux sombres tout en fixant ses interlocutrices, elle leur tourna subitement le dos pour aller ouvrir la fenêtre à sa gauche.
Tandis qu'elle contemplait la nuit presque achevée avec un ravissement non feint, elle se rappelait la morsure de l'air glacial qui la faisait frissonner naguère et ne put s'empêcher de ressentir un manque.
La mort prenait tout, elle ne comprenait pas pourquoi les sinistres demoiselles en parlaient avec autant d'importance. Il y avait bien plus d'estime à avoir devant le combat que représentait la vie. Ely admirait leur légèreté mais elle était tournée vers le mauvais sens.
Du moins, c'était son point de vue.

Le point de vue d'un membre du commun des mortels... Ajouta t-elle sans se retourner, esquissant un geste démonstratif de sa main noueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Gaya & Mairéad Nerden
Etudiantes d'Aïsthèsis -Première année
Gaya & Mairéad Nerden

Alter Ego : Selena Dashwood
Nombre de messages : 117
Age : 31
Localisation : Là où on ne les attend pas...
Date d'inscription : 29/07/2008

Miroir Virtuel
Âge : 17 ans
Liens familiaux : Soeurs jumelles, cousines de Relyss Nerden
Statut : Jumelles diaboliques

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeMar 1 Sep - 19:28

(Pas grave ^^)

Les deux soeurs échangèrent un regard à la dérobée, comme si elles étaient étonnées par les paroles de la jeune femme ou encore qu'elles se consultaient silencieusement pour savoir ce que l'une et l'autre pensaient de tout cela. Reportant leur attention sur Elyzabeth, elles répondirent alors, alternant leur tour de paroles comme si elles avaient programme cela à la seconde près :

" Renier les autres ? " répéta Mairéad d'une voix douce.

" Ce n'est pas ce que j'ai dit... " poursuivit Gaya, dont la voix était plus froide et pernicieuse.

" L'indifférence n'a rien avec le fait de renier... "

" Renier, c'est n'accorder aucune existence à autrui, l'ignorer dans son existence même... "

" Indifférer, c'est ne provoquer aucune sorte de réaction chez autrui mais dans ce cas... "

" ... on ne renie pas l'existence des autres... "

Comme satisfaite de ce petit numéro de synchronisation, elles hochèrent la tête en même temps. Elles avaient l'air grave et sérieux. Gaya poursuivit alors :

" A tout prendre, certains préfereraient provoquer l'indifférence plutôt que la haine ou le mépris. C'est une façon neutre de reconnaître tout de même l'existence des autres... "

Elle eut un léger haussement d'épaules et détacha le regard pour le poser à nouveau vers l'autre côté du couloir, comme si elle s'attendait à y voir arriver quelque chose ou quelqu'un. Mairéad enchaîna alors, la voix plus douce que sa soeur :

" Qu'est-ce qu'on s'embête à s'inquiéter des sentiments des autres à notre égard de toute façon ? Ce n'est pas cela qui changera le cours de la vie de manière irrémédiable... "

En quelques mots, elle venait de résumer les raisons de se montrer parfois si indifférentes face aux autres ; leur vision de la vie était purement physique, elles ne la considéraient que comme un passage qui terminerait sa course par la mort. Elles s'intéressaient plus à la Mort qui faisait figure d'Inconnu plutôt qu'à la Vie qu'elles connaissaient puisqu'elles y étaient plongées chaque jour.
Revenir en haut Aller en bas
Elyzabeth De Rayac
Etudiant(e) d'Aïsthèsis -Première année
Elyzabeth De Rayac

Nombre de messages : 9
Age : 30
Localisation : Au bercail
Date d'inscription : 19/07/2009

Miroir Virtuel
Âge : 17
Liens familiaux : Parents décédés, un tuteur
Statut : Redoublante

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeSam 5 Sep - 18:32

Dans un bruissement de tulle, Elyzabeth se détourna de la fenêtre pour fixer les jumelles.
Un horrible paradoxe entre leur apparence et ce qu'elles dégageaient. Ces dernières qui ressemblaient à des poupées de porcelaine, délicates mais tellement froides. Si effrayantes dans leur perfection. Inachevée, elle était qu'un brouillon qui n'aurait jamais fini de se chercher.
Elle percevait l'ennui qui les habitait d'une manière presque emphatique et dut se maitriser pour ne pas se laisser porter par une vague de dépression profonde.
De l'ennui ? Il y avait définitivement quelque chose de malsain, voire morbide chez ces deux filles...
Et la comtesse aux yeux sombres ne put s'empêcher de se sentir attirée. Tout paraissait aller de soi dans leur monde, si facile et si tentant...
Sa main exsangue se referma sur la goutte écarlate de son pendentif et elle ferma les yeux.


- Vous êtes si tristes mes chéries ! Il n'y a aucune espérance dans vos paroles comme si vous étiez déjà...mortes.
Qu'est-ce qui vous porte ? La certitude d'un monde meilleur ?


Quand elle arracha son discours mélancolique au silence, Ely se demanda quel en serait le prix. Peut-être que ce serait gratuit, elle ne s'était pas montrée particulièrement méchante. Elle avait également oublié ce qu'était la cruauté mais elle ne voulait pas devenir vide. Elle aimait trop ce qui avait du sens.
Doucement, la jeune fille rouvrit les yeux et desserra sa poigne.
Dans ses deux camarades, elle voyait presque un miroir qui lui montrait sa vérité mais indécelable, sans objection aucune.
La vie était la réalité alors que la mort, elles pouvaient l'imaginer et en ce sens, cela sentait la liberté, la fin de toutes les questions.

Ce que ressentent les autres vous changera car vous êtes plus susceptibles et influençables que vous ne le croyez.

Encore une fois, De Rayac faisait confiance et suivait son propre optimisme. Elle ne pouvait pas abandonner si facilement parce qu'elle était heureuse et que seul le bonheur pouvait aveugler, il était donc son bien le plus précieux. Les naufrages de la vie, son regard ne voulait plus s'y attarder, il fallait qu'elle fuit même si c'était l'oubli qui l'y poussait.
Ne plus jamais vivre mais exister, sa seule chance de vampire éternellement humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Gaya & Mairéad Nerden
Etudiantes d'Aïsthèsis -Première année
Gaya & Mairéad Nerden

Alter Ego : Selena Dashwood
Nombre de messages : 117
Age : 31
Localisation : Là où on ne les attend pas...
Date d'inscription : 29/07/2008

Miroir Virtuel
Âge : 17 ans
Liens familiaux : Soeurs jumelles, cousines de Relyss Nerden
Statut : Jumelles diaboliques

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeMer 23 Sep - 23:48

Mairéad donnait toujours l'impression d'être dans un autre monde. Même si elle fixait réellement Elyzabeth, son regard semblait perdu en partie de le flou. Elle avait ce petit air rêveur sur le visage qui pouvait faire penser qu'elle n'était pas accrochée à la réalité. Mais ce n'était qu'impression et apparence. Elle était très attentive au moindre détail. Elle gardait un air doux et tranquille.

De son côté, Gaya semblait se désintéresser peu à peu de la conversation. Son regard ne cessait d'aller et venir entre les deux bouts du couloir. Elle ne réagit pas lorsque sa jumelle répondit à la jeune fille :


" C'est peut-être vrai, au fond. En fait, les autres m'intéressent de la même manière que... "

Elle leva les yeux au ciel, réfléchissant aux termes à choisir pour terminer sa phrase. Pour le coup, elle était réellement pensive. Mais ce ne fut pas elle qui termina sa proposition mais Gaya. Même si elle n'avait pas paru s'intéresser à la discussion, elle était, tout comme sa soeur, toute attentive à ce qui se disait. Aussi bien la brune que la blonde, les deux jumelles juraient par le contraste entre leur apparence et leur manière de penser. On ne savait jamais ce à quoi elles pensaient exactement mais une chose était sûre : elles étaient toutes deux manipulatrices dans l'âme.

Ce fut donc Gaya qui finit la phrase de sa soeur :


" ... des petites souris... "

Mairéad confirma d'un hochement de tête.

" Des petites souris qu'on regarderait évoluer dans une cage. Elles sont parfois amusantes, parfois ennuyeuses... Mais les observer peut parfois être assez attrayant... "

Ce fut au tour de Mairéad de plonger dans le mutisme, méditant aux paroles de Gaya. Elles n'avaient pas l'impression de sortir des choses étranges ou inhabituelles pour les autres, pour elles, ce genre de paroles semblait se caler dans une norme. La leur. Difficile d'établir des paramètres pour évaluer si une pensée est étrange ou non. Il y avait tellement de paramètres subjectifs.

Et malgré leur indifférence quant aux sentiments humains et à leur diversité, les deux jeunes filles avaient tout de même conscience de la subjectivité des choses dans le monde. Et elles l'acceptaient, même si elles ne prétendaient pas comprendre toutes les subtilités que cela engendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Elyzabeth De Rayac
Etudiant(e) d'Aïsthèsis -Première année
Elyzabeth De Rayac

Nombre de messages : 9
Age : 30
Localisation : Au bercail
Date d'inscription : 19/07/2009

Miroir Virtuel
Âge : 17
Liens familiaux : Parents décédés, un tuteur
Statut : Redoublante

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeDim 4 Oct - 13:32

La jeune fille à l'ascendance maudite garda ses yeux opaques rivés devant elle. Ignorant ostensiblement ses deux querelleuses, le charbon qui alimentait son coeur explosa en une volée de cendres rougeâtres.
Elle aurait pu s'arracher les tripes d'un coup de griffes monstrueuses. Ses mains effilées ne pouvaient plus rien tenir, jamais. Monstre inconscient qui ne cherchait que le repos pour accueillir ses pensées sans fond.
Tout chutait sans espoir de rattrapage. Qui tomberait ? Elle ou ces deux filles glaciales ?
Son visage divulguait le silence qui parlait pour elle.

A quoi bon perdre son temps en explications ? Puisque les paroles s'envolaient aussi, sans poids et sans formes.
Elyzabeth porta lentement sa main irréelle à son front, la délicatesse de ce geste acheva de l'apaiser. Mais apaiser quoi au juste ?
Une langueur infernale l'absorbait toute entière, dans ses moindres retranchements. C'était plus que pouvait supporter un être humain et elle n'en était même pas un.
Des souris avaient-énoncé ces demoiselles, une déclaration antisociale qui enfermait la vie dans un écrin de velours. Du poison.
Derrière ses doigts fins, ses paupières s'étaient légèrement affaissées et elle se laissait aller à une souple mélancolie.


* Course à la raison. Je ne veux pas être laissée en arrière. Je serai la première.*

Elle retira son masque avec la tranquillité de la mort et s'avança vers les jumelles. Les trois jeunes filles formaient un triangle parfait, presque celui de la logique, amoureusement établie par les lois qui régissaient ce monde.
La danse pouvait commencer, gare à celle qui perdait la tête pour se retrouver par terre...
Son poing fracassa l'espace comme un météore dans le ciel de Mars. Ses yeux durent s'enflammer en même temps que l'impact sur le mur d'en face. Une laconique lueur sanglante sanglotait dans l'ombre de ses iris parfaitement dessinés.

- Pourquoi un tel raisonnement ? Ce n'est pas juste, ni correct.
Appuyez-vous sur des choses plus solides si vous ne voulez pas déchanter.


La jeune étudiante éternelle s'accorda un court instant pour calmer ses ardeurs.
Elle fixa le plâtre démoli avec une joie sadique avant de se retourner vers ses "poupées" de porcelaine.
Elle ne pouvait nier que la fureur la taraudait et c'était indécent vraiment, d'avoir de tels sentiments à l'égard de deux soeurs qu'elle venait tout juste de cerner.
Demain, sa mémoire aurait achevé son travail et aucun souvenir ne viendrait chambouler sa fragile existence.
Son âme de vampire devait restait endormie, elle était et restait à l'Humanité.
Ses deux fantômes ne manifestaient aucune réaction, tellement floues qu'elles se confondaient à l'espace. A la fois tout et rien.

Un sourire effroyablement triste vint trembler ses lèvres au carmin amer.
Tandis que le feu ardent quittait ses prunelles, Ely pleurait en silence dans son âme asséchée par les larmes. Elle s'évapora comme une fumée, la petite goutte de reproche qui avait baigné sa joue le temps d'un soupir.
Pas la peine de regarder à la fenêtre, le jour se levait. L'Aube n'apaisait jamais sa peine, elle l'éclairait juste là où ça faisait mal.
Alors qu'elle entamait à reculons le retour vers la nuit, triste vampire accorda à ses interlocutrices un dernier signe de main.
Salut qui n'était que le début ou la fin du commencement. Personnellement, elle s'en moquait.
La suite de l'histoire lui faisait également un peu peur. Elle ne voulait pas devenir comme ces filles et cette altercation risquait de les lier haineusement.
Mais elle avait tout son temps pour laver la corruption...
Revenir en haut Aller en bas
Gaya & Mairéad Nerden
Etudiantes d'Aïsthèsis -Première année
Gaya & Mairéad Nerden

Alter Ego : Selena Dashwood
Nombre de messages : 117
Age : 31
Localisation : Là où on ne les attend pas...
Date d'inscription : 29/07/2008

Miroir Virtuel
Âge : 17 ans
Liens familiaux : Soeurs jumelles, cousines de Relyss Nerden
Statut : Jumelles diaboliques

Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitimeVen 25 Déc - 20:49

Les deux jumelles observèrent la jeune fille en silence tandis qu'elle laissait cours à une rage qu'elles ne comprenaient pas. Le mur ne le comprit sans doute pas plus mais il se retrouva fortement amoché par ce geste. Aussi dissemblables qu'elles étaient physiquement, les deux jumelles la suivirent du regard dans un parfait accord. L'expression de leurs visages revêtit un voile identique, mélange de circonspection et d'étonnement. Un étonnement tout en nuance cependant. Il ne s'agissait pas d'une réelle surprise ou d'un choc énorme. Il s'agissait juste d'une profonde incompréhension.

" Pourquoi chercher de la logique là où il n'y en a pas ? " répondit simplement Mairéad avec un haussement d'épaules.

Elle aggripa soudain le bras de Gaya, comme pour la couper dans un geste qu'elle se serait apprêtée à faire. Leurs esprits étaient étroitement liés, elle savait très bien que sa soeur allait rajouter qu'il n'y avait pas de raison de chercher à changer les gens qu'on ne comprenait pas. La blonde avait presque pressenti ses paroles avant même qu'elles lui traversent l'esprit. Elles se connaissaient trop bien. Bien trop même.

Malgré son effacement par moment, Mairéad était bien meilleure juge que sa soeur. Elle était beaucoup moins prolixe malgré tout mais elle était plus observatrice. Elle ne laissait pas le venin de ses paroles dépasser trop vite ses lèvres, comme c'était souvent le cas de Gaya. Elle avait bien senti qu'Elyzabeth semblait bouleversée par quelque chose. Leur attitude ou leurs paroles. Elle retint donc la verve de sa jumelle pour ne pas qu'elle en rajoute. Ce n'était pas spécialement par sympathie ou par pitié. Elle n'en avait pas encore appris assez sur cette jeune fille. Autant éviter de fermer toutes les portes.

Elle lui adressa donc un signe de la main en réponse au sien et la regarda qui s'éloignait. Ses grands yeux bleus semblaient toujours en quête d'une réponse au geste de la jeune fille. Mais l'expression de son visage était dénué de toute animosité.

Gaya s'était déjà détournée et avait poursuivi leur chemin dans la direction qu'elles avaient prises avant de s'arrêter. Mairéad finit par la suivre et son pas se fit léger, comme si elle s'apprêtait simplement à faire une ballade à travers champs. Le soleil se levait, la journée s'annonçait des plus radieuses...



[Sujet clos]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Dès l'Aube...(libre) Empty
MessageSujet: Re: Dès l'Aube...(libre)   Dès l'Aube...(libre) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Dès l'Aube...(libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Une petite baignade [libre]
» Représentation de Sterne [LIBRE]
» Observation [libre]
» Tutoriel: caméra libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Aïsthèsis :: Université d'Istya - 2ème étage :: Couloirs-
Sauter vers: