Chroniques d'Aïsthèsis

« L'existence n'est pas ce qui s'est passé, l'existence est le champ des possibilités humaines, tout ce que l'homme peut devenir, tout ce dont il est capable. » Milan Kundera
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Lieux et peuple] L'île de Thémis

Aller en bas 
AuteurMessage
Hildegarde Dragomir
Rectrice de l'Université d'Istya et professeur de Maîtrise de l'Esprit
avatar

Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 19/07/2008

Miroir Virtuel
Âge : 37 ans
Liens familiaux : Veuve noire
Statut : Rectrice rectiligne

MessageSujet: [Lieux et peuple] L'île de Thémis   Ven 7 Aoû - 22:59

L’île de Thémis.


Aïsthèsis n’est pas la seule cité de notre monde, bien sur. Il existe bon nombre de peuples par de-là les mers, voici l’un d’entre eux : ce peuple vit sur l'île de Thémis, dans l'Océan du Bout du Monde.

Une étrange contradiction :

L’île de Thémis est connue de nos jours pour son hospitalité envers les étrangers, et en particulier les pirates. C’est l’un des rares lieux où les flibustiers renégats sont accueillis les bras ouverts.
Pourquoi les pirates sont-ils autant appréciés ? Ils incarnent le rêve, l’évasion, la liberté, les habitants et leur gouverneur en particulier raffolent des récits lointains et aiment entendre leurs aventures.
Les mœurs pirates sont considérées avec un respect bienveillant, cependant… tout habitant de Thémis qui se comporteraient comme tel seraient condamné à mort.
Hé oui, ce n’est pas la liberté qui règne à Thémis, tous les citoyens sont tenus par des lois très strictes et inviolables.
Mais malgré la dureté des lois pour ses propres sujets, les étrangers bénéficient d’une assez grande tolérance. Il faudrait commettre un crime capital (meurtre, viol, torture) pour être inquiété par la justice de Thémis.

Un régime tyrannique et pourtant…

Le gouvernement de Thémis repose sur la loi divine. Le Gouverneur a le pouvoir absolu. Il dispose du droit de dispenser la mort comme il veut. Nul ne peut s’opposer à son jugement, on peut certes le conseiller mais la décision finale lui appartient.
Le gouverneur n’est pas élu, il est tiré au sort. Une fois choisi par le hasard et donc les dieux, le futur gouverneur est mis à l’épreuve : il doit affronter dix des plus puissants combattants de la cité dans une lutte à mort. (Il les combat les uns après les autres, pas en même temps… Élu des dieux peut-être mais faut pas déconner…) Une fois qu’il a triomphé, le Gouverneur dirigera l’ensemble de l’île jusqu’à sa mort.
Le Gouverneur a énormément de droits, mais il a un devoir considérable : il doit assurer richesse et prospérité à tout son peuple. Tous les moyens sont bons pour y arriver, mais il ne doit laisser aucune couche de la population sur le côté. Si le Gouverneur ne remplit pas convenablement sa mission, il sera sacrifié lors d’un cérémoniel visant à apaiser la colère des dieux. En effet, si celui qui a été choisi par le divin manque à ses engagements, le malheur pourrait s’abattre sur Thémis. Tous les ans un referendum décide de la vie ou de la mort du souverain.
Quand le Gouverneur est particulièrement aimé et charismatique, il lui arrive d’être un peu « divinisé » par la population, en particulier quand le Gouverneur est une femme. Ce fut déjà le cas avec Lady Kali dont le règne avait été marqué par la crainte religieuse qu’inspirait la jeune femme. Aujourd’hui, l’île connaît une ferveur pareille avec Lady Tahoser qui est traitée comme une véritable déesse, à tel point que tout un protocole s’est mis en place autour d’elle pour la protéger des « souillures » extérieures.

Tous les habitants de Thémis en arrivant à leur majorité doivent se plier à une épreuve qui décidera de leur validité en tant que « citoyens ». Ceux qui échouent sont exilés sans retour possible, à moins qu’ils préfèrent la mort. A la veille de cette épreuve, ceux qui souhaitent de mener une vie de liberté peuvent partir à la condition de ne jamais revenir.
Le chômage n’existe pas : Nul ne peut se soustraire au travail, ou il finira en exil ou sur la potence. Les feignants sont très mal vus, ils sont considérés comme des criminels. « Voler une pomme ou dormir sous un pommier, quelle différence ? » C’est ce qui est écrit sur les frontons des prisons.

La loi est très dure envers les criminels : la peine de mort s’applique pour les meurtres et les viols. Les récidivistes en matière de vol peuvent finir sur la potence. Les bourreaux pratiquent la pendaison et la guillotine, selon leur goût. Il n’est pas rare que le Gouverneur pratique lui-même la sentence pour des crimes de haute trahison.

L’île de Thémis possède une milice qui se nomme tout simplement la Garde. Elle est composée d’hommes et de femmes entraînés aux arts du combat depuis l’enfance et surtout après leur majorité. –Car tous les habitants de l’île suivent la voie des armes quand ils sont jeunes. Un enseignement magique est aussi dispensé. Les gens choisissent de continuer ou pas une fois adulte.- Ils obéissent au Gouverneur et veillent à la sécurité de la population et des visiteurs.
Les Gardiens portent un costume militaire gris avec un tricorne argenté. Ils sont tenus aussi de distribuer des guides aux touristes et de leur souhaiter la bienvenue en chanson. (….)

Le peuple de Thémis a accès au bonheur, à la sécurité, à la nourriture, à l’eau, à la santé et aux divertissements en échange d’une seule et unique chose : sa liberté.


Une petite île prospère et fêtarde.

Le Gouverneur a tout intérêt à ce que son peuple soit heureux, aussi de nombreuses fêtes et festivals ont lieu sur l’île. Ces festivités permettent en outre de donner du travail à tous, l’île n’est jamais passive, il y a toujours quelque chose à préparer, des stades à construire, des mets à élaborer, des temples à nettoyer et des cérémonies à faire.
La religion est très présente chez les habitants, et elle sert de prétexte à des fiestas du tonnerre. On honore les dieux comme il se doit, en buvant à leur santé et en s’empiffrant pour mieux les remercier de nous avoir donné la vie.
Les visiteurs sont conviés gratuitement aux fêtes. Selon les croyances locales, les dieux sont d’autant plus ravis lorsque l’on respecte et honore ses hôtes. Les touristes sont des rois qu’on s’arrache par tous les moyens. C’est à celui qui sera le plus accueillant.
Il n’y a pas de « pauvre » à proprement parler sur l’île : déjà parce que la taille du territoire le permet, les habitants de Thémis ne sont pas très nombreux par apport à des mégapoles comme Aïsthèsis, aussi chacun a un emploi et une charge bien précise.

Le territoire en lui-même est gros (ou petit) comme un département, il présente quelques reliefs montagneux et de nombreuses plaines où la culture de céréales et de légumes est possible. Le peuple de Thémis, cependant, vit surtout de la pêche.
Il y a énormément de falaise dessinant le contour de l’île, ce qui rend l’accès difficile. Il n’y a que trois plages, et elles sont gardées par d’immenses tours de garde. L’une de ces plages n’en est plus puisqu’elle est devenue le port de Thémis, seuil de la cité principale et portant le nom de l’île. Une colline surplombe la ville, c’est là haut que se situe le palais du Gouverneur.

L’histoire de Thémis :

Si le peuple de Thémis est aussi accueillant envers les étrangers et les pirates, c’est qu’il n’a jamais eu à souffrir des invasions. Nous l’avons déjà dit, la religion a une grande place sur l’île, mais ce n’est pas pour rien. Chaque jour des messes sont célébrées pour la protection de l’île et elles portent leur fruit.
En effet, au commencement de la civilisation sur Thémis, les anciens ont mis au point un immense système runique à travers des combles et des temples cachés parsemant l’ensemble du territoire. Ce système de défense s’active selon des rites et des chants précis. Chaque prière prononcée par des Augures trouve un écho dans les fondements de l’île. Ces runes cachées activaient une puissante magique qui engendrait des tempêtes autour de l’île, rejetant les navires au loin et empêchant quiconque d’approcher.
Au fil du temps, les Augures, sous la demande des Gouverneurs successifs, ont rendu ces tempêtes moins violentes en allégeant leurs prières, afin de permettre quelques commerces avec le monde extérieur. Ce n’est que depuis trente ans que les premiers contacts ont été établis.
Et finalement, le peuple de Thémis a fini par accepter de plus en plus les visites de marchants, d’aventuriers et de curieux venant des autres îles ou du continent. Les choses se sont faites progressivement et sans accrochage.
Les premiers pirates sont arrivés sur l’île il y a 4 ans, moment où Lady Tahoser venait d’accéder à la charge de gouverneur. Pour « acheter » la paix avec ces renégats, le Gouverneur a organisé une fête dont les flibustiers se souviennent encore. L’accueil chaleureux et alcoolisé fut le début d’une entente cordiale entre le peuple de Thémis et des pirates. Il n’y a aucune raison pour que cela change de si tôt. Razz

~::~::~::~::~::~::~::~::~::~::~::~::~
Revenir en haut Aller en bas
http://aisthesis.forumactif.org
 
[Lieux et peuple] L'île de Thémis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux
» Les lieux de la légende...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Aïsthèsis :: Premiers pas :: Réglement et contexte du jeu :: Contexte et histoire-
Sauter vers: