Chroniques d'Aïsthèsis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Chroniques d'Aïsthèsis

« L'existence n'est pas ce qui s'est passé, l'existence est le champ des possibilités humaines, tout ce que l'homme peut devenir, tout ce dont il est capable. » Milan Kundera
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

 

 Lavernne Hopkins

Aller en bas 
AuteurMessage
Lavernne Hopkins
Princesse de Sang
Lavernne Hopkins

Alter Ego : Selena Dashwood
Nombre de messages : 117
Age : 32
Localisation : Pendue à votre cou...
Date d'inscription : 12/08/2008

Miroir Virtuel
Âge : 226 ans
Liens familiaux : Aucun
Statut : Vampire obsédée à sang pour sang

Lavernne Hopkins Empty
MessageSujet: Lavernne Hopkins   Lavernne Hopkins Icon_minitimeMar 12 Aoû - 20:16

Etat civil

Nom : Hopkins

Prénom : Lavernne

Âge : 226 ans, bien qu’elle donne l’impression d’être une fringante jeune femme de 25 ans.

Situation familiale : Célibataire, et ce n’est pas de si tôt qu’on la verra s’ancrer. Née d’un père vampire et d’une mère humaine, elle n’a plus de contact avec aucun d’eux. Elle ne semble s’attacher à rien n’y personne.

Statut professionnel : Aucun.


Description

Caractère : Lavernne fait partie de ce genre de personnes qui puise sa satisfaction dans le malheur des autres. Perfide, sournoise, elle sait feindre à la perfection. Ce qui l’amuse le plus, c’est de se comporter comme le chat avec la souris : lorsqu’elle a une souris en ligne de mire, elle s’amuse un certain temps avant de l’achever. Le but de la manœuvre étant que sa victime arrive à épuisement psychologique et physique : elle est alors à point et ne possède plus d’intérêt. Ce qu’elle aime, c’est quand on se rend docilement à elle. Elle n’éprouve aucun désarroi pour le genre humain : elle n’oublie pas que, dès sa naissance, les hommes l’ont rejetée par peur de ce qu’elle représentait. Etrangement, elle est également totalement indifférente au devenir des vampires : eux aussi ont fini par la rejeter et sans aller jusqu’à éprouver de l’antipathie pour eux, elle se fiche bien que cette race – qu’elle juge faible par leurs nombreuses vulnérabilités – finisse un jour par disparaître. Ayant une langue bien pendue, elle aime taquiner le poisson et lancer quelques piques bien senties : c’est sa façon d’exprimer son « affection » pour quelqu’un – il ne s’agit pas d’une affection sentimentale mais bien d’un respect perverti qui se transforme en envie irrésistible de titiller la patience de la personne visée. Pleine d’arrogance, elle n’est pourtant pas prétentieuse ni égoïste. Elle est fervente du sarcasme et de l’ironie quand on s’en prend à elle, mais sa verve est aussi affutée que son habileté à mettre quelques raclés. Encore qu’elle préfère manier les mots que les armes, prenant plus de plaisir à balancer quelques répliques cinglantes pour admirer un visage déconfit et/ou médusé.
Elle aime la viande bien saignante. Mais ses repas sanguins ne sont pas tant poussés par le besoin que par l’envie de trancher une veine. C’est uniquement un petit plaisir perso qu’elle s’offre avant de tuer quelqu’un. Lavernne n’est pas du genre à se cacher : elle clame haut et fort sa perversité, elle ne sait pas ce qu’est la honte de toute manière. Elle ne cache pas non plus ses tendances bisexuelles, à forte tendance homosexuelles. Elle aime se choisir de jeunes victimes innocentes à terroriser et à poursuivre de sa lubricité. Elle a un faible pour les blondes mais la raison, elle la garde jalousement. Sa perversité est poussée à l’extrême lorsqu’elle sent qu’on la repousse. L’air farouche d’une pucelle est, selon elle, la définition même de la beauté. Car en plus de se repaître de la souffrance des autres, elle se délecte également de l’expression d’effroi, de panique, d’horreur… qui se peint sur leurs visages. Elle les étudie presque, cherchant à savoir ce qui motive cette expression, ce qui touche tellement l’âme des humains pour réagir ainsi. Elle éprouve une vrai curiosité pour les sentiments : n’ayant jamais eu d’âme – elle est née vampire et donc, elle n’en a jamais été pourvu – elle ignore totalement ce que sont le regret, le remord, la peur… Du moins, c’est ce qu’elle essaye de faire croire. Il lui arrive de sentir des sentiments extrêmes tels que l’amour ou la rancune. En a-t-elle seulement conscience ? Si elle se moque ouvertement de la sensibilité des hommes, c’est par ignorance : on rit d’une chose que l’on ne connaît pas car, vu de loin, cela nous semble être d’une grossièreté risible. Elle ne connaît donc pas toutes les subtilités qui colorent l’âme humaine. Mais sa façon de les mimer et de les imiter prouve à quel point elle cherche à les comprendre. Et à quel point ils l’attirent…


Physique : De longs cheveux auburn, donnent l’impression que cette demoiselle est des plus lumineuses. Sa chevelure flamboyante illumine un visage déjà pâle, où le sang ne semble plus circuler. Enfin, ce n’est même pas une impression, c’est un fait. Sans avoir la pâleur d’un cadavre, Lavernne a tout de même le teint blême et exsangue. Pas une goutte de sang ne circule dans ses veines. Tout juste peut-on apercevoir, à certains endroits où la peau se fait plus fine, des fines veines bleutés qui ressemblent à des reflets sur de la nacre. Ses yeux oscillent entre le bleu glacier et le gris orageux. Elle possède un regard perçant, scrutateur, qui met mal à l’aise lorsqu’il se fait trop insistant. Son regard est si incisif qu’on pourrait croire qu’elle cherche à déchirer notre âme de l’intérieur avec. Sa pupille se rétracte souvent en une toute petite fente, à peine perceptible. Elle donne parfois même l’impression de ne pas en avoir, ce qui accentue son air effrayant. Cependant, elle a des traits fins et raffinés, et un petit air sournois constamment accroché au visage. Ses lèvres fines et pâles se muent très souvent en un sourire plein d’arrogance et de perfidie. Lorsque c’est le cas, il y a franchement de quoi s’inquiéter : qui sait quelle idée lubrique ou sanglante traverse cet esprit qui ne possède aucun reflet, ni dans les miroirs, ni dans son regard. Très mince, elle s’enferme souvent dans des pantalons de cuir et des corsets identiques. Bizarrement, il n’y a que dans ce genre de tenue qu’elle est à l’aise pour se battre. Elle gardera sans doute toujours ces airs de jeune femme de la vingtaine, sans voir jamais une ride apparaître au coin de ses yeux d’ombre.

Pouvoirs :

Sa nature de semi-vampire lui octroie certaines capacités :

  • Elle peut se munir d'une grande paire d'ailes sombres, dont la membrane est extrêmement fine (on voit presque la lumière au travers) mais très résistante.

  • Ses sens sont aiguisés à tel point qu'elle peut percevoir ce qui n'est pas perceptible pour les simples humains : son odorat lui permet de tracer une proie, son toucher est si développé qu'elle arrive à percevoir les moindres mouvements d'air etc...

  • Elle peut se mouvoir très rapidement et sans bruit, ses mouvements sont quasi-imperceptibles à l'oeil nu.


Particularité :

  • En raison de sa double nature, Lavernne possède les avantages d’un vampire mais les inconvénients (vulnérabilité à certains artefacts, rituels, résistance à la lumière du soleil…) sont annihilés par son côté humain. Elle est donc comme n’importe quel être humain, à l’exception des dents pointus, des ailes de chauve souris dont elle peut se pourvoir ou encore de la rapidité hors du commun des mortels et des sens plus aiguisés.

  • Elle n’est pas forcément obligée de se repaître de sang pour survivre bien qu’elle ait la dentition pour. Elle peut tout aussi bien déguster un côté d’agneau à la sauce au poivre ou un banana split, son sens du goût n’est pas uniquement basé sur le goût du sang. Non plus que sa capacité de survie ne se résume pas non plus à en boire.


Histoire


Biographie :

Dès le début, la vie de Lavernne était condamnée à être une vie d’opprobre et de souillure. Fille adultérine d’une jeune femme entérinée dans une vie monocorde, engeance du démon, elle qui ne demandait pourtant rien devait supporter dès sa naissance d’être détestée de partout. De la négligence d’une jeune humaine désillusionnée par la vie et d’un vampire sans âme qui n’avait plus rien à offrir qu’une nuit de volupté, naquit celle que l’on appelle aujourd’hui : Lavernne, la Princesse de Sang.

Après la naissance de la jeune hybride, son la prend en charge, comme il l’avait promis à son amante. Il n’attendait rien de plus de la jeune femme : son cœur était gelé dans sa poitrine, il ne ressentait rien pour cette femme, ne la voyant que comme un incubateur qui donnerait la vie à une créature de la nuit, tout comme lui. Dès lors que Lavernne fut née et emportée par son père, sa mère - sa génitrice ? - ne s’en préoccupa plus. La mémoire des humains a l’incroyable capacité de faire le tri dans ce qu’elle désire garder et ce qu’elle rejette du plus profond de son être.

Lavernne a donc passé ses premières années - ses années d'initiation - entourée de vampires. Son père prit un soin particulier à l’éduquer comme il se le devait, dans le respect des traditions vampiriques. Il fut ravi de constater que, dès son plus jeune âge, la jeune fille avait déjà un certain empressement pour le meurtre et la perfidie. Sous des traits d’enfant angélique, elle savait mieux entourlouper que n’importe lequel d’entre eux. Une sorte de Claudia fraîchement sortie du sein de Louis et Lestat… Sa hâte est telle qu’elle se fait souvent réprimander. Elle développe très rapidement un goût pour le saccage qui inquiète peu à peu ceux qui admiraient le plus cette jeune promesse. D’autant plus que, de par son côté humain, Lavernne est à l’abri de certaines des faiblesses de ses condisciples ce qui lui donne une longueur d’avance sur eux : elle est plus résistante. C’est justement cette longueur d’avance qui effraya le reste du groupe…

« On ne peut pas la garder ! » objecta un vampire nommé Arawn. « Elle représente un danger pour nous tous ! »

« Pourquoi te sens-tu donc ainsi menacé ? » répliqua Ezequiel d’un ton froid et empreint d’antipathie.

A cet instant, il ressentait un réel mépris pour les autres : ils osaient vouloir voter l’éviction de Lavernne de leur groupe. Lavernne qui était la plus belle promesse d’avenir pour leur survie. Même si elle était encore maladroite et qu’elle avait tendance à tuer trop rapidement, il était persuadé que, d’ici peu de temps, elle serait une chasseresse redoutable. Il jeta un coup d’œil aux différents membres de leur clan. Tous avaient l’air résigné dans leur décision.

« Vous a-t-elle jamais causé le moindre ennui ? Vous a-t-elle jamais donné une raison de vous méfier d’elle ? Si c’est le cas, dites-le ! Donnez une véritable raison à votre ressentiment ! »

« Ce n’est pas ce que l’on dit » répondit une jeune vampire à la beauté sombre. « Mais on ne peut pas nier qu’elle est plus forte que nous. Elle résiste à la lumière du soleil, à l’eau bénite et aux croix ! Pour l’instant, son esprit est jeune et malléable… mais qui sait ce qui arrivera dans quelques temps ? Qui nous dit qu’elle n’essaiera pas de nous nuire ou de prendre les commandes du groupe ? »

« Et qui te dit qu’elle le fera, Morrigan ? » tonna Ezequiel, hors de lui. « Vous ne vous basez que sur des suppositions ! »

« Cette jeune fille est plus qu’une supposition… » fit une voix sombre mais chevrotante dans un coin de la pièce.

Tous les regards convergèrent vers la vieille Menelwen, la doyenne de leur groupe. Ce n’était pas une vampire, mais ce n’était pas une simple humaine non plus. Ses dons magiques étaient très utiles au clan qu’elle avait demandé à rejoindre de son plein gré. Parmi ses capacités se trouvait celle d’entrevoir les trois Branches du Temps : le Passé, le Présent et l’Avenir.

« Cette fille est un point d’exclamation dans une phrase murmurée à l’oreille ! Elle saura se faire une place dans l’existence, bien mieux que n’importe lequel d’entre vous. Elle vous doublera, tous ! »

« Vois, Ezequiel ! Ais au moins le bon sens d’écouter Menelwen ! » reprit Arawn.

Ezequiel avait le visage fermé. Il ne pouvait se résoudre à abandonner Lavernne. Bien sûr, il ne ressentait pas pour elle ce genre de sentiments qui attachent un père et une fille. Mais il la voyait comme un joyau à préserver, la carte qu’on a en main et qui peut nous assurer la victoire. La perdre, c’était perdre la partie.

« A toi de choisir, Ezequiel : ou bien tu votes contre son exclusion du clan et tu nous condamnes à devoir courber l’échine et à jouer contre nos propres règles ; ou bien tu votes pour et tu préserves le clan… »

Ezequiel se tourna vers Menelwen, l’air indécis. Mais le regard aveugle de la femme ne pouvait pas l’aider plus. Il était tiraillé. Pouvait-il ainsi chasser la meilleure d’entre eux ?

« Que ceux qui désirent que Lavernne parte lève la main… » reprit Morrigan.

Elle leva sa main couleur chocolat. A sa suite, tous les autres vampires levèrent la leur. Il ne restait plus qu’Ezequiel. Tous avaient leur regard fixé sur lui. Attendant de voir s’il donnerait le vote décisif. La voix de Menelwen résonna dans sa tête. « Elle vous doublera, tous ! ». Il soupira puis finit par lever la main à son tour. Les autres sourires et Morrigan hocha la tête, comme pour approuver Ezequiel dans sa décision.

« Le clan a donc voté pour l’exclusion de Lavernne ! » déclara t elle.

Les autres membres se répandirent en murmures satisfaits. Morrigan s’approcha d’Ezequiel et passa ses bras autour de sa taille, l’air cajoleur.

« Tu veux que je lui dise ? » susurra t elle à son oreille qu’elle mordilla doucement.

« Pas la peine… » répondit il froidement en la repoussant. « Je vais le faire… »

Il s’éloigna d’un pas rapide et énervé pour retrouver sa fille et lui annoncer la nouvelle. Mais lorsqu’il arriva à sa chambre, Lavernne était déjà partie…



Scolarité : Sa seule école a été l’Ecole de la Vie. Ironique pour quelqu’un qui n’est ni mort, ni vivant. Elle n’a jamais suivi d’études.

Ambition : Elle garde une ambition bien secrète, la seule chose que l’on sait, on le lit à la lueur de rancune dans ses yeux. Mais pour qui ? Pour quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Lavernne Hopkins
Princesse de Sang
Lavernne Hopkins

Alter Ego : Selena Dashwood
Nombre de messages : 117
Age : 32
Localisation : Pendue à votre cou...
Date d'inscription : 12/08/2008

Miroir Virtuel
Âge : 226 ans
Liens familiaux : Aucun
Statut : Vampire obsédée à sang pour sang

Lavernne Hopkins Empty
MessageSujet: Re: Lavernne Hopkins   Lavernne Hopkins Icon_minitimeJeu 28 Mai - 23:39

Carnet Relationel :


Connaissances humaines (insignifiantes) : Akane Kannagi

Connaissances inter-créaturesques : Atyl

Personnes respectées : Linéar Normon

Casse-croutes potentiels : Leopold Skadir, Asch Grant (homme)

Blonde affriolante : Nathaly Dawn-Freir

Quatre heures séduisants : Asch Grant, Linéar Normon
Revenir en haut Aller en bas
 
Lavernne Hopkins
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Aïsthèsis :: Premiers pas :: Registre d'Aïsthèsis :: Fiches validées :: Créatures-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser